jeudi 15 février 2018

La fille du train - Paula Hawkins





Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Editions Pocket
Traduit par Corinne Daniellot  
453 pages  
Publié le  8 Septembre 2016
A propos de l'auteur : ici


Pour la catégorie "roman ayant reçu des critiques négatives" je ne savais pas trop quoi lire et j'ai pensé finalement à cette histoire que beaucoup de personnes ont trouvé très ennuyeuse alors que d'autres criaient au chef d'œuvre.
C'est vrai qu'on ne peut pas tous aimer le même roman, que ce qui plait aux uns peut déplaire aux autres et pour ce roman j'ai lu beaucoup d'avis disant que la lecture avait été abandonnée tellement les personnes s'ennuyaient en lisant cette histoire.

Eh bien, en ce qui me concerne, j'ai bien aimé. J'ai trouvé l'histoire originale et la façon dont l'auteure nous balade assez intéressante.
Bien sûr c'est un peu lent et il y a quelques longueurs mais dans l'ensemble c'est une bonne histoire.

Dans ce thriller nous suivons tout d'abord Rachel, une femme à la dérive qui vit très mal son divorce avec Tom et le remariage de celui-ci avec Anna, d'autant qu'avec cette nouvelle femme il a eu une petite fille.
Rachel sombre de plus en plus dans l'alcoolisme, a perdu son travail pour cette raison et continue à faire croire à sa colocataire qu'elle travaille en prenant le train tous les matins pour se rendre à Londres.
La voie où passe son train longe l'ancienne maison où elle vivait avec son ex-mari mais aussi la maison de voisins qu'elle appellera Jess et Jason et dont elle imaginera la vie parfaite de couple jusqu'au jour où elle surprendra celle qu'elle appelle Jess avec un autre homme.
Sa vie continuera entre ivresse et dégout d'elle-même jusqu'au jour où elle découvrira que Jess a disparu. A-t-elle fui? A-t-elle été enlevée?

Rachel tentera d'aider la police à comprendre cette disparition mais sa personnalité assez psychotique et obsessionnelle, son addiction à l'alcool et ses pertes de mémoire n'en feront pas un témoin assez fiable pour que la police prenne au sérieux son témoignage.

Ce roman tourne autour de 3 femmes, Rachel, Anna mais aussi Megan le véritable prénom de Jess. Si la personnalité de Rachel est très vite agaçante, celles d'Anna et de Megan sont intéressantes, chacune dans leurs particularités.
Les destins des unes et des autres étant étroitement liés sans qu'elles le sachent rend leurs parcours et leurs rencontres encore plus intéressants.

Le dénouement de l'histoire était sans doute prévisible mais pour une fois je me suis laissée vraiment prendre au piège et je n'ai rien vu venir.

En fait si on fait abstraction des longueurs (les beuveries et les voyages en train de Rachel qui se répètent bien trop souvent) l'histoire est intéressante, la construction originale avec ses retours en arrière qui permettent de mieux appréhender les personnages et tout ceci en fait un roman qui se découvre avec plaisir.




Le bruit du silence - Léa Wiazemsky







Laure, une jeune artiste peintre d’une trentaine d’années, ne s’est jamais entendue avec son père, un écrivain misanthrope qui vit en reclus. Loin de les rapprocher, la mort de sa mère a creusé davantage encore le gouffre affectif qui les sépare. Aussi, quand une tempête de neige contraint Laure à passer la nuit chez lui, appréhende-t-elle ce tête-à-tête qu’ils n’ont jamais eu. À moins que le temps soit venu pour elle de confronter cet homme au silence et au désamour qu’il lui a toujours imposés…
Et si cette nuit de tempête était l’occasion pour ces âmes en perdition de baisser leur garde et de trouver enfin la paix 

Editions Michel Lafon
221 pages 
Publié le 2 Février 2017
A propos de l'auteur : ici


Après avoir adoré le vieux qui déjeunait seul, j'ai eu envie de continuer à découvrir l'œuvre de Léa Wiazemsky et j'ai dévoré son second roman.

Laure repart de chez son père pour rentrer auprès de Marc son amoureux et sa voiture dérape sur la neige à quelques kilomètres de du domicile de son géniteur avec lequel elle n’a que des relations très difficiles.  Contrainte de revenir vers cette maison, elle appréhende ce séjour n'ayant jamais réussi à s'entendre avec ce père qui, de plus, ne lui a jamais manifesté la moindre affection.
Depuis le décès de la mère de Laure, il sombre dans l’alcoolisme et la misanthropie, de ce fait la présence de sa fille sous son toit n'est pas forcement ce qu'il souhaite le plus.

Cette cohabitation forcée va t'elle leur permettre d'aplanir les difficultés, de se comprendre, de se découvrir et surtout de se parler.

Toute cette histoire est tout simplement bouleversante, de justesse, de sentiments, de sensibilité et d'amour.

Elle confronte deux êtres qui n'ont jamais réussi à se dévoiler l'un envers l'autre, deux personnes qui ont tout à gagner à se comprendre et à révéler les secrets qui les empoisonnent et les séparent inexorablement.

Dans ce roman Léa Wiazemsky confirme vraiment tout le talent qu'on pouvait découvrir dans son premier roman.

Une auteure à découvrir absolument ou à continuer de suivre sans faute.

La reine du bal - Mary Higgins Clark et Alafair Burke





Ce soir-là, elle était la reine du bal... pour la dernière fois : la riche et mondaine Virginia Wakeling a été tuée lors du gala du Metropolitan Museum dont elle était l'une des plus généreuses donatrices, vraisemblablement précipitée du toit. Par qui ? L'affaire n'a jamais été élucidée. Trois ans plus tard, Laurie Moran, l'enquêtrice phare de l'émission Suspicion, s'empare du cold case. Elle découvre vite que Virginia était une femme très courtisée : un petit ami nettement plus jeune qu'elle, désigné à l'époque comme le principal suspect, mais également nombreuses de personnalités en vue – collectionneurs, promoteurs immobiliers, entrepreneurs... – avaient noué avec elle d'étroites relations. Tous étaient présents lors de la célèbre soirée caritative. Mais qui aurait eu intérêt à se débarrasser de Virginia ? Après Le Piège de la Belle au bois dormant, la nouvelle enquête à haut risque de Laurie Moran, aux prises avec l'univers à la fois frivole et impitoyable de la jet-set new-yorkaise.

Editions Albin Michel
Traduit par Anne Damour
400 pages 
Publié le 15 Novembre 2017 
A propos des auteurs : 


Il y a très longtemps que je n'avais pas lu de livres de Mary Higgins Clark et c'est avec une certaine appréhension que je me suis penchée sur cette histoire reçue en cadeau par mon binôme du Noël des Readers.
Appréhension car après avoir dévoré les romans de l'auteure les uns à la suite des autres, je me suis lassée et j'ai abandonné ces lectures qui ne m'apportaient plus le même plaisir.

J'ai été toutefois contente de retrouver la jolie plume, très fluide de l'auteure et si j'ai aimé cette lecture j'ignorais totalement que ce roman était en fait le cinquième d'une série mettant en scène Laurie Moran.

Bon j'avoue que ne pas avoir lu les précédents, n'était pas une catastrophe en soi, juste qu'il m'a manqué de bien connaitre l'évolution de la  relation entre Laurie et Alex et c'est effectivement un peu dommage de ne pas suivre les personnages au fil du temps.

Pour le reste nous sommes dans une intrigue traditionnelle à la Mary Higgins Clark avec le bon dosage de suspense, de rebondissements et un dénouement un peu banal.


J’ai été ravie de retrouver la plume de l'auteure et lire cette histoire m'a donné envie de reprendre la série à ses débuts... à suivre donc.





mardi 13 février 2018

Bad romance, tome 1 - Céline Mancellon



Le jour – ou plutôt la nuit – où Chris rencontre Kate, ça ne se passe pas vraiment dans les règles de l’art. Lui a beaucoup trop bu et s’est trompé de tente, et elle, furieuse, le menace carrément. Chris n’est pourtant pas vraiment le genre de mec à qui on cherche des emmerdes. D’ailleurs, lui et son mode de vie de bad boy représentent tout ce que Kate tente d’éviter : les problèmes, elle en a déjà assez avec la mort de sa mère et la responsabilité de sa petite sœur sur les bras. Mais c’est compter sans l’étrange attirance qu’ils ont immédiatement l’un pour l’autre, presque à leur corps défendant...

Editions Milady (Emma)
Publié en 2016
547 pages
Format : ePub

A propos de l'auteur : ici


Un début de roman vraiment accrocheur et superbement amené qui laisse présager une suite passionnante mais en fait pour moi ce fut mitigé. Il y a du bon et même du très bon dans cette histoire mais il y a aussi pas mal de côtés agaçants voire ennuyeux.

La rencontre entre Chris et Kate est savoureuse, il est ivre, il se trompe de tente et rentre dans celle de la jeune sœur de Kate. Kate le reçoit avec un fusil harpon et le ressort vite fait de cette tente.

Voici donc ce début d'histoire qui donne un ton très engageant à l'histoire. Chris est bien sûr intrigué par cette jeune fille qui n''a pas froid aux yeux, qui s'érige en chef de famille tout en se cachant dans des vêtements trop grands pour elle.
Kate n'a effectivement pas eu une vie facile, au décès de sa mère elle s'est retrouvée en charge de sa jeune sœur et prend son rôle très au sérieux.
Chris lui est l'archétype du bad boy. Il est violent, caractériel, possessif, jaloux etc...
La rencontre entre ces deux êtres si différents va surement faire des étincelles et leur relation va t’elle trouver une issue dans leurs caractères totalement opposés. Mieux une histoire d'amour peut-elle naître dans cette violence et cette opposition?

En fait le début de l'histoire m'a beaucoup plu, et si tout avait continué comme cela, je suis sure que ce roman aurait frôlé le coup de cœur malheureusement ce ne fut pas le cas pour plusieurs raisons.

La première est une certaine longueur dans ce roman avec des répétitions, des scènes qui s'étirent en longueur et qui plombent un peu le récit.

La seconde tient au personnage de Chris que j'ai trouvé vraiment malsain. Sa violence, sa jalousie, sa possessivité m'ont vraiment agacée, sans compter ses relations assez ambiguës et pas vraiment bien développées avec sa mère, son patron et même avec la sœur aînée de Kate.
Kate m'a davantage touchée, car même si elle fait preuve d'une docilité et d'une passivité agaçantes envers Chris, elle n'en reste pas moins une jeune fille qui ne se laisse pas marcher complètement sur les pieds et surtout tout ce qu'elle fait c'est pour les gens qu'elle aime.

La troisième est qu'au final l'histoire est assez convenue et la fin très attendue.

Ce roman fait quand même passer de bons moments et même si quelques détails ne m'ont pas plu j'ai tout de même pris du plaisir à découvrir cette auteure et son univers.



dimanche 11 février 2018

Vagabond - Franck Bouysse





L’homme est traqué.
L’homme joue du blues chaque soir dans un obscur bar de la rue des Martyrs à Limoges. 
Lorsqu’il dérive vers son hôtel, au milieu de la nuit, il lui arrive de dialoguer avec des clochards et autres esprits égarés. 
Il lui arrive de s’effondrer sur les pavés des ruelles antiques et de s’endormir, ivre ou épuisé. 
Il lui arrive aussi de ne jouer sur scène que pour une femme qu’il semble être le seul à voir.
Mais l’homme est traqué
Pas par un tueur. Ni par un flic. Quelque chose comme des ombres.

Editions La Manufacture de livres
Publié en 2016
126 pages
A propos de l'auteur :ici


J'avais acheté ce roman au salon du polar de Neuilly Plaisance car j'avais adoré les deux romans que j'avais lus auparavant de l'auteur.

Ce court roman me permet de remplir une catégorie du Challenge défi 2018 mais contrairement aux romans déjà lus de Franck Bouysse, celui-ci est très loin d'être un coup de cœur.

Je dirais simplement que je me suis ennuyée à suivre ce vagabond, que le personnage ne m'a pas accrochée du tout.

Ce vagabond dont l'identité et le passé restent inconnus pendant tout le roman est un musicien qui ne vit que pour la musique. Il joue le soir dans un bar, accompagné par sa seule amie, sa guitare. Il joue pour les clients bien sûr mais aussi pour une femme qu'il semble être le seul à voir.
Sa vie se passe entre solitude, beuverie et rencontres insolites
Qui est-il? Que fait-il? Pourquoi cette vie d'errance? 
Il semble s'animer quand la femme qu'il a aimée revient dans cette ville pour y chanter. Elle lui a brisé le cœur, la revoir changera-t-il quelque chose dans sa vie?


En fait beaucoup de questions, pas beaucoup de réponses et des personnages que j'ai trouvé peu attachants d'où une petite déception pour ce roman mais je continuerai à suivre et lire l'auteur quand même. Il me reste Glaise dans ma PAL


Fruits basket, tome 1 de Natsuki Takaya





Tohru, mignonne et courageuse lycéenne, vivait sous une tente dans les bois. Recueillie pour ses talents en matière de travaux ménagers par la famille de Yuki Sôma, un de ses camarades de classe, Tohru vit maintenant entourée de garçons dans une grande maison. Mais ce qu'elle ignore, c'est que la famille Sôma est victime d'une malédiction secrète. Certains de ses membres se transforment, dans des circonstances particulières, en un des douze animaux du zodiaque chinois ! Avec d'aussi étranges personnages, la nouvelle vie de Tohru va lui réserver de nombreuses surprises.

Editions Delcourt (Sakura)
Publié en 2002
180 pages
A propos de l'auteur :ici


Bon décidément je pense que je vais abandonner les mangas parce qu'encore une fois je n'ai pas réussi à apprécier cette lecture.

En fait je n'aime pas les dessins, je me souviens avoir beaucoup aimé la série Chobbits mais dans ce manga comme dans le précédent que j'ai lu "Comme elles" je n'arrive pas à trouver beaux les dessins, je les trouve vraiment sans charme et surtout sans que les personnages soient vraiment bien différenciés. J’ai l'impression de voir les mêmes têtes quel que soit les personnages et c'est plutôt frustrant de ne pas savoir vraiment à qui on a affaire.

L'histoire par contre est sympathique et intéressante, il y a cette pointe de fantastique qui met du peps dans le récit, le triangle amoureux qui se dessine a aussi de quoi nous passionner et les divers thèmes abordés sont intéressants  mais c’est vraiment le graphisme qui ne passe pas.

Je ne me plonge dans un manga que pour les divers challenges mais je sens que désormais je ferai l'impasse sur ces catégories à l'avenir parce que je n’y prends aucun plaisir et que sauf si on me conseille bien (comme ma fille sur la série Chobbits dont le graphisme est bien au-dessus du lot) je ne tenterai plus de lire ce type de littérature.





2018

Le challenge des pavés 2018



Un challenge que j'avais bien aimé l'année dernière et que je reconduis cette année, d'autant qu'il me permet d'écluser les "gros"livres de ma PAL.


*******************************************************************************************************************************


Bonjour à tous,



DEVANT LE SUCCÈS QU'A REMPORTE CE CHALLENGE CETTE ANNÉE ET LE PLAISIR QUE J'AI EU A L'ANIMER, J'AI DÉCIDÉ DE LE RECONDUIRE EN 2018.


Je ne sais pas pour vous, mais moi, plus un livre est gros, plus j'ai envie de le lire. Bon, je ne choisis pas mes lectures en fonction de ça, ce serait un peu idiot, mais disons que si un livre qui m'intéresse est un bon pavé, il m'intéresse encore plus. donsmofb (29) Devant ce constat, je me suis dit que je n'étais peut-être pas la seule, et c'est là que l'idée de ce challenge a germé dans ma tête. 

Et j'ai pensé aussi à ceux que, au contraire, les pavés découragent ou effrayent, me disant qu'un challenge qui récompenserait par des points la lecture de ces "briques" les motiverait sûrement.


Le principe : vous l'aurez compris, lire des pavés. Qu'est-ce qu'un pavé, pour moi ? Un livre de plus de 500 pages en version poche et 400 en grand format. 
Bien sûr, plus un livre sera gros, plus il vous rapportera de points.


Remarques :


- Seuls les romans comptent. Pas de mangas/BD/albums pour enfants, livres pratiques, livres d'art, etc...
- Les intégrales sont bien sûrs acceptées.
- Pour les e-books, vous prenez le nombre de pages de la version imprimée GRAND FORMAT, sauf s'il n'existe qu'en poche. Dans ce cas, bien sûr, vous prenez le nombre de pages de la version poche. Et s'il existe plusieurs éditions en Grand format, vous prenez LA PLUS RÉCENTE.
- Pour les audiobooks, mêmes règles que pour les e-books.
- Pour les livres papiers, vous prenez le nombre de pages du LIVRE QUE VOUS AVEZ LU, et pas d'une autre édition.
- Les chroniques ne sont pas obligatoires mais quelques lignes pour donner votre ressenti sur la lecture seront appréciées.
- Pour des questions pratiques, je vous demanderai de me mettre les liens vers les fiches des livres que vous avez lus. Merci ! icon_smile

Les points : 


- pour les livres de poche                               - pour les grands formats                                       - pour les semi-poches 
                                                                                                                                                                                (ou maxi-poches)

+ de 500 pages   : 5 points                            + de 400 pages   : 5 points                                      + de 450 pages   : 5 points                                      
+ de 600 pages   : 6    "                                   + de 500 pages   : 6    "                                            + de 550 pages   : 6     "
+ de 700 pages   : 7    "                                   + de 600 pages   : 7    "                                            + de 650 pages   : 7     "
+ de 800 pages   : 8    "                                   + de 700 pages   : 8    "                                            + de 750 pages   : 8     "
+ de 900 pages   : 9    "                                   + de 800 pages   : 9    "                                            + de 850 pages   : 9     "
+ de 1000 pages : 10  "                                   + de 900 pages  : 10  "                                            + de 950 pages   : 10   "
+ de 1200 pages : 12  "                                   + de 1000 pages : 12  "                                           + de 1100 pages : 12   "
+ de 1500 pages : 15  "                                   + de 1300 pages : 15  "                                           + de 1400 pages : 15   "
+ de 1700 pages : 17  "                                   + de 1500 pages : 17  "                                           + de 1650 pages : 17   "
+ de 2000 pages : 20  "                                   + de 1700 pages : 20  "                                           + de 1800 pages : 20   "
                                           

Note : pour les "presque pavés" icon_tongue, j'accepte une marge de 5 pages de moins que la limite, mais avec un malus de 1 point.
            Ce qui donne : 

- pour les livres de poche                           - pour les grands formats                                     - pour les semi-poche

de 495 à 499 pages : 4 points                     de 395 à 399 pages : 4 points                              de 445 à 449 pages : 4 points



Durée : ce challenge est annuel, c'est-à-dire qu'il va du 01/01/2018 au 31/12/2018 (et il est rétroactif, c'est-à-dire que, pour ceux qui s'inscriront après le mois de janvier, les livres lus depuis le 1er janvier 2018 seront pris en compte).

Inscriptions : Jusqu'au 31 mars 2018.

JANVIER


GF

Sans elle d'Amélie Antoine : 396 pages soit 4 points car "presque pavé"
La reine du bal de Mary Higgins Clark et Alafair Burke : 400 pages soir 5 points
Total : 9 points

FEVRIER

Poche
W3, tome 1 : Le sourire des pendus de  Jérôme Camut et Nathalie Hug: 884 pages soit 8 points
Le chant du rossignol de Kristin Hannah : 696 pages soit 6 points

GF :
Bad Romance, tome 1 de Céline Mancellon : 547 pages soit 6 points
Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi : 459 pages soit 5 points
La fille sous la glace de Robert Bryndza : 438 pages soit 5 points
Transe de MIA : 490 pages soit 5 points